Agir pour une finance plus durable

Sixième article de notre série sur la finance durable.

November 24, 2021 · 4 min de lecture

Si les banques continuent à financer massivement les énergies fossiles et les industries les plus problématiques, si la finance durable aujourd'hui n'est ni convaincante ni accessible, que le secteur bancaire reste toujours aussi excluant et opaque, quelles sont les marges de manoeuvre ? Est-il possible de faire bouger les lignes d'un secteur qui englobe tout ?

La régulation pour initier les discussions

Alors que la régulation avance et les banques sont soumises à un nombre croissant de réglementations, il est légitime de s'interroger sur l'efficacité de celles-ci. L'urgence de la crise climatique et environnementale en cours nous demande une action immédiate et significative. Or malgré les avancées des 10 dernières années, les effets restent trop limités : ainsi moins de 1% des montants investis dans le monde seraient compatible avec l'Accord de Paris et sa trajectoire à 2°C.

La législation sera-t-elle assez rapide pour répondre à ces défis ? Vue l'efficacité des mesures jusqu'ici et l'inertie du système bancaire et financier, il est probable que non.

Mettre les banques sous pression pour accélérer la transition

Si les changements ne s'imposent pas à cause de la régulation croissante, la pression venant des clients sera sans aucun doute un levier vital. Puisque seule la recherche de profits des banques semble dicter leur conduite, les perspectives de perte de part de marché feront changer les banques de stratégies en matière d'énergies fossiles.

Pour porter ce message, il est évidemment important de s'interroger sur l'impact de sa banque. Où va mon argent à la BNP ? Combien de dioxyde de carbone est émis par l'argent que je possède à la Société Générale ? Est-ce que mon argent au Crédit Agricole finance vraiment l'industrie de l'armement ?

Pour répondre à cette question, un premier outil a été développé par Oxfam France. et permet de connaître très rapidement l'empreinte carbone de l'argent que vous détenez dans votre banque (non, on ne dira pas qu'il y dort).

Capture d'écran de l'outil mis en ligne par Oxfam France

Capture d'écran de l'outil mis en ligne par Oxfam France

Alors que faire de ces informations ? Pour commencer, vous pouvez interroger votre banquier·ère : lettre, téléphone, ou e-mail permettront de savoir où va votre épargne et quels arguments permettent de justifier son usage dans des secteurs controversés.

Nous vous conseillons vivement d'essayer d'abord de téléphoner, pour obtenir le meilleur impact possible. Toutefois, si vous ne vous sentez pas à l'aise pour le faire, vous pouvez toujours écrire un courriel ou une lettre.

Ce modèle a été créé pour vous inspirer, mais n'hésitez pas à écrire quelque chose avec vos propres mots, avec des informations spécifiques sur la banque à laquelle vous vous adressez. Les entreprises développent rapidement des stratégies d'automatisation pour faire face aux vagues de courriers électroniques ou de lettres types, mais ces stratégies ne peuvent pas être appliquées à des messages uniques. En d'autres termes, la personnalisation de votre message rendra son traitement et sa réponse plus fastidieux pour la banque, et vous aurez donc un impact plus important.

Si c'est à votre propre banque que vous vous adressez, vous devez bien sûr personnaliser votre message en tant que tel. Vous pouvez également ajouter un passage indiquant que vous êtes prêt à transférer votre argent, si c'est le cas.

Le courrier pour votre banquier

Le courrier pour votre banquier

Enfin vous pouvez aussi signer le manifeste d'Helios pour une banque plus durable, afin d'envoyer un message politique aux grandes banques et promouvoir une vision différente de la banque !

Promouvoir un désengagement massif des clients

La deuxième étape est plus engageante : il s'agit de sortir votre argent des banques traditionnelles pour mettre la pression sur les banques et réduire leurs possibilités de financement.

Premier pas évidement : trouver une banque qui vous correspond. Pour cela, l'information est clef ! Demandez à vos ami·e·s, interrogez directement des banques ou parcourez des comparateurs comme :

Une fois votre choix fait, la mobilité bancaire en France simplifie grandement votre démarche. C'est maintenant très simple, la démarche pour rejoindre Helios par exemple est détaillée dans le centre d'aide.

Toujours s'informer

Enfin, il est important de continuer à s'informer et vous avez fait la première étape en lisant ces articles. Scrutez les promesses de votre banques ! Vérifiez leur déclaration ! Prêtez attention aux signaux d'alertes des associations et ONG ! En somme, soyez engagé·e·s !

Le billet vert à quoi ça sert ? Nous sommes convaincus qu'il faut changer les règles de la banque pour financer un monde plus durable. C’est ce qu’on travaille à faire chaque jour chez Helios. Mais comment faire pour s'y retrouver dans une industrie aussi opaque ? Nous voulons lever le voile sur le fonctionnement de la banque, pour former une nouvelle génération d'épargnant acteurs. Prêts à changer ensemble, les règles de la banque ?

À découvrir