Ce que nous n'avons pas fait en 1 an

1 an depuis le lancement d’Helios, 1 an de nouveautés, 1 an à dépolluer les banques… mais aussi 1 an d’une aventure riche en rebondissements et en questionnements ! On vous parle souvent de tout ce qu’on a réussi à faire ensemble, moins de ce qu’on n’a pas choisi de faire. Alors aujourd’hui, à l’occasion de notre première bougie, on lève le voile sur les projets qui n’ont jamais commencé et ceux qui n’ont pas abouti : manque de temps, incohérence avec nos valeurs… on vous dit tout !

March 18, 2022 · 6 min de lecture

En 1 an, nous n'avons pas :

1 - Planté des arbres

De plus en plus d’entreprises et de néobanques proposent de planter des arbres en votre nom, que ce soit dans une démarche de compensation carbone de votre consommation, ou comme une “récompense client” (“À chaque pallier franchi, un arbre planté !”). Si les arbres plantés au bon endroit permettent effectivement de séquestrer du carbone et de lutter contre la déforestation, dans la grande majorité des cas, les plantations d’arbres en masse peuvent faire plus de mal que de bien. Planter un certain type d’arbre dans un écosystème non adapté, c’est prendre le risque de perturber l’écosystème en question, voire d’assécher des zones humides. De plus, la promesse de captation massive de carbone grâce à ces plantations est trompeuse et souvent exagérée. “Planter des arbres” est devenu une stratégie de diversion, comme un écran de fumée, utilisée par des entreprises peu ou pas du tout investies dans les enjeux environnementaux.

Sans jeter la pierre à l’ensemble de ces projets, mais parce qu’il est encore trop compliqué de distinguer la bonne intention du piège marketing, nous préférons nous concentrer sur ce qui fait réellement l’impact d’une écobanque : la destination des dépôts investis et leur fléchage vers des projets d’investissement respectueux de l’environnement.

2 - Calculé l'empreinte carbone de vos achats

Le calcul de l'empreinte carbone de ses achats, demandé par les utilisateurs Helios

Le calcul de l'empreinte carbone de ses achats, demandé par les utilisateurs Helios

Si nous l’avions envisagé au début, nous avons cependant décidé de ne pas proposer le calcul automatique de votre empreinte carbone à partir de vos données bancaires. D’une part parce que les méthodes de calcul sont encore trop estimatives aujourd’hui, d’autre part parce qu’il n’y a pas besoin d’un savant calcul pour connaître ses principales émissions carbone (tels que les trajets en avion). En effet, deux transactions provenant d’une même enseigne, alimentaire par exemple, peuvent couvrir des réalités bien différentes malgré un montant identique (10€ de légumes locaux vs 10€ de fruits tropicaux par exemple). Enfin, le décompte de ses émissions peut être culpabilisant. Alors que nous savons aujourd’hui que l’empreinte carbone totale du pays ne baisserait “que” de 25% si nous faisions tous l’ensemble des petits gestes du quotidien, tous les jours de l’année, nous savons que le gros du combat ne se joue pas au niveau du consommateur.

Ceci étant dit, nous ne sommes pas fermés à sa mise en place, si nous découvrons une méthode de calcul qui nous convienne.

3 - Proposé Apple Pay

Des retours utilisateurs sur une mise en place d'Apple Pay

Des retours utilisateurs sur une mise en place d'Apple Pay

Également très demandé par nos utilisateurs, Apple Pay n’est pas un service que nous avons souhaité prioriser pour cette première année de lancement - et ce, pas par manque de temps, mais bien par soucis de cohérence. Tout d’abord, nous ne souhaitons pas nous associer à un grand groupe dont les valeurs ne semblent pas alignées aux nôtres. De plus, Apple prélève des commissions importantes à chaque achat via Apple Pay. Or, nous employons une partie de ces commissions habituellement prélevées par les banques pour financer de nouveaux projets d’investissement en faveur de la transition écologique. À ce jour, nous avons décidé de prioriser l’impact !

4 - Allé trop vite (et choisi le mauvais partenaire pour nous accompagner)

Chez Helios, les dépôts des clients sont séparés des activités de notre partenaire.

Chez Helios, les dépôts des clients sont séparés des activités de notre partenaire.

Lancer une néobanque (de plus) avec une vitrine verte, hors de question ! Notre raison d’être : accélérer ensemble la transition écologique en orientant tous nos financements vers des projets d’investissements respectueux de l’environnement (mobilité bas carbone, rénovation thermique, transition des modèles agricoles, conservation des écosystèmes…). C’est pourquoi depuis notre création, nous avons choisi de ne faire aucun compromis

Nous avons audité tous les partenaires potentiels en France, puis en Europe, pour mettre en place un modèle qui garantit que pas un seul euro déposé sur un compte Helios ne finance des industries qui contribuent au réchauffement climatique, ou qui nuisent à la biodiversité ou aux hommes.

Après de (très) longues recherches, nous avons choisi de nous adosser à la licence bancaire de SolarisBank - seul acteur qui nous permet de ne pas placer l’argent de nos utilisateurs dans une banque conventionnelle, qui s’en servirait pour financer les énergies fossiles et des industries sur lesquelles nous n’aurions pas la main.

5 - Fait assez de lobbying pour faire bouger les banques

Helios, ce n’est pas “qu’une” écobanque, c’est aussi une initiative qui a pour mission de faire évoluer le secteur bancaire vers plus de transparence et des engagements climat forts et concrets. Si aujourd’hui nous pointons du doigt les dérèglements du secteur bancaire dans notre communication, nous voulons aller encore plus loin et porter le message derrière les portes des grandes institutions aux côtés de nos partenariats associatifs.

Concrètement ? Mener des actions de sensibilisation avec des ONGs, intégrer les groupes de travail sur l’évolution des réglementations européennes, ou encore mener des campagnes d’information auprès de la presse grand public. Changer les choses à notre échelle, c’est bien. Provoquer une réelle prise de conscience et faire évoluer les lois et les mentalités, c’est mieux. À nous de former les épargnants acteurs de demain !

6 - Rencontré et échangé avec vous (en vrai !)

Helios a été créé lors du premier confinement, et le compte courant a été lancé en février 2021, alors que le couvre-feu était encore la règle et qu’il était interdit de faire de grands événements physiques. Bref, Helios c’est un peu un “bébé covid” et à cause de ça, nous n’avons pas pu, pendant longtemps, vous rencontrer. C’était chose faite pour la première fois en novembre dernier lors de l’événement de lancement du compte commun (merci encore d’être venus si nombreux). Mais nous ne souhaitons pas nous arrêter là - en 2022, attendez-vous à nous voir de nouveau !

Une autre chose que nous aimerions davantage faire : vous demander votre avis. Vous nous avez envoyé énormément de retours positifs suite au sondage de co-construction du compte épargne : nous allons remettre ça très bientôt - 2022 sera l’année de la co-construction.

7 - Assez recruté

L'équipe Helios

L'équipe Helios

Derrière tous ces projets, il y a une (très) petite équipe de pionniers qui n’a peur de rien, et surtout pas des banques. Avec un an de recul, on se rend compte qu’on a fait beaucoup avec (trop) peu de bras. Donc cette année, on triple de taille ! On recrute à tous les postes des talents avec une âme d'entrepreneur, prêts à se remonter les manches, dotés d'une créativité débordante et d'une véritable motivation pour l'impact. À la clef : des défis à foison, un cadre ultra dynamique et beaucoup d’autonomie !

Et ce n'est que la première année d'une longue aventure : merci à vous tous, nous l'avons vécue ensemble, et nous avons hâte de voir ce que nous réserve la suite !

Le billet vert à quoi ça sert ? Nous sommes convaincus qu'il faut changer les règles de la banque pour financer un monde plus durable. C’est ce qu’on travaille à faire chaque jour chez Helios. Mais comment faire pour s'y retrouver dans une industrie aussi opaque ? Nous voulons lever le voile sur le fonctionnement de la banque, pour former une nouvelle génération d'épargnant acteurs. Prêts à changer ensemble, les règles de la banque ?

À découvrir