Découvrez le nouveau financement d’Helios : la rénovation du métro marseillais

Pour ce nouveau financement, Helios a choisi de participer à la rénovation du métro de Marseille. Plus de mobilité douce, moins de pollution de l’air, plus d’accessibilité et de bien-vivre : c’est tout cela qui se joue dans ce projet d’ampleur.

September 21, 2022 · 5 min de lecture

La voiture : au coeur des villes et du réchauffement climatique

Dans la lutte contre le réchauffement climatique, s’attaquer à l’impact carbone de notre mobilité est une priorité. En France, 31% de nos émissions de GES (gaz à effet de serre) proviennent des transports. Parmi ces derniers, la voiture représente plus de la moitié des émissions (source : Ademe, 03/2020).

Si près de ¾ des français utilisent la voiture au quotidien, la moitié d'entre eux estiment qu'ils pourraient faire au moins une partie de leurs déplacements réguliers à vélo, ou en transport en commun. Et à raison : la moitié des trajets effectués en France font moins de 5 km ! (source : Ademe, La Mobilité de demain) Et c’est bien pour cela qu’un système de pistes cyclables et de transports en commun efficace, moderne, étendu, a un rôle immense à jouer afin de limiter la pollution atmosphérique.

Impact carbone d’un trajet de 10 kg, selon le transport utilisé (source : Ademe)

Impact carbone d’un trajet de 10 kg, selon le transport utilisé (source : Ademe)

Marseille, dernière de la classe ?

Une des villes les plus polluées d’Europe

Deuxième ville de France, Marseille n’est pas une ville réputée pour ses transports en commun. Elle est souvent pointée du doigt pour la faible qualité de son air et l’intensité de sa pollution urbaine. La Clean Cities Campaign (coalition de 60 organisations européennes engagées dans la mobilité urbaine douce) la place même à la 26ème position sur 36 en Europe (et dernière en France) dans le classement des grandes villes les plus polluées au dioxyde d’azote (polluant principalement émis par le trafic routier)...

Photo du centre urbain de Marseille (Crédit photo : SOLLIER Cyril)

Photo du centre urbain de Marseille (Crédit photo : SOLLIER Cyril)

D’après AtmoSud (l'observatoire de la qualité de l'air en Région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur), les voitures sont responsables de 31% des particules fines et de 48% des émissions de NO2 (dioxyde d’azote).

Marseille est cependant une ville à part, particulièrement sujette à une forte pollution de l’air en étant également exposée à la nuisance des transports maritimes (notamment les paquebots et ferries), qui lorsqu’ils se rapprochent des côtes émettent énormément de NO2 et de SO2 (dioxyde de soufre).

Une ville à désengorger

Marseille est également victime de ses bouchons quotidiens et récurrents (elle est même la deuxième ville la plus embouteillée de France, et ce juste après Paris). Ainsi, les habitants de la cité phocéenne perdraient 80 heures coincés dans les bouchons chaque année.

Si le portrait dressé de Marseille concernant ses transports ne lui est pas favorable, il y a tout de même une bonne nouvelle : la ville est bien décidée à reprendre les choses en main. Forte d’un financement total de plus de 2 milliards d’euros (auquel la communauté Helios a participé), la deuxième ville de France va pouvoir moderniser en profondeur l’ensemble de son réseau de transport en commun, la clé pour une ville moins polluée, et plus agréable à vivre.

La rénovation du métro de Marseille : zoom sur le projet

L’actuel métro de Marseille (Crédit photo : Clicsouris)

L’actuel métro de Marseille (Crédit photo : Clicsouris)

En fonctionnement depuis les années 1970, le métro de la ville de Marseille n’a encore jamais fait l’objet de rénovations. Dans cette Métropole Aix-Marseille-Provence de 2 millions d’habitants, il y a aujourd’hui 2 lignes de métro et 3 lignes de tramway. Il est de plus en plus nécessaire d’assurer un meilleur maillage entre les quartiers et communes de la métropole.

Pour cela, la ville de Marseille a choisi Alstom pour porter ce projet. L'entreprise française commercialise et développe des solutions de mobilité urbaine pour réduire la dépendance à la voiture. Basé à Saint-Ouen, Alstom est présent dans 70 pays à travers le monde et emploie au total plus de 74.000 personnes - 12.500 rien qu’en France.

La rénovation du métro, mais pas que !

Au-delà de la rénovation du matériel roulant, le projet va assurer une mise à niveau de l’ensemble du réseau des transports de la métropole. Il permettra ainsi :

  • D’étendre le tramway afin de reconnecter le nord et le sud au centre ville de Marseille ;
  • La création de 5 nouvelles lignes de bus, notamment dans les quartiers nord ;
  • La mise en place d’un plan vélo d’un montant de plus de 10 millions d’euros.

Ce projet est global : c’est l’ensemble de la métropole qui bénéficiera d’un réseau de transports en commun amélioré.

Un métro marseillais 2.0

La rénovation des deux lignes de métro existantes s’est faite en collaboration avec les habitants. En effet, les marseillais ont pu donner leur avis et participer à la co-construction des nouvelles en choisissant à quoi ressemblera les rames de ce métro nouvelle génération. C’est l’artiste marseillais Ora-Ïto qui est à l’origine de ce nouveau design.

La nouvelle rame du métro de Marseille (Crédit photo : Alstom)

La nouvelle rame du métro de Marseille (Crédit photo : Alstom)

La conception et la fabrication par l’entreprise Alstom des nouvelles rames a déjà commencé. En tout, 38 nouvelles rames (soit 152 nouvelles voitures) de métro seront réalisées. Celles-ci permettront :

  • Davantage de sécurité à bord, avec une circulation entre les rames facilitée
  • Une meilleure accessibilité des personnes à mobilité réduite grâce à de plus larges couloirs, des rampes d’accès, barres de maintien et abaissement de la hauteur du train. Les stations seront également rénovées en ce sens.
  • Une meilleure éco-responsabilité : les nouvelles rames atteindront une revalorisation en fin de vie de 96%. Elles consommeront moins d’énergie que les rames actuelles grâce à un système de freinage électrique jusqu’à 0 km/h, et à une optimisation de l’éclairage LED (entre autres). 

Le nouveau métro sera progressivement mis en place à partir de fin 2024.

Pourquoi soutenons-nous ce projet ?

Un métro accessible, efficace, rénové, est essentiel pour que les transports en commun occupent une place plus importante dans la vie des marseillais. L’enjeu est grand : il est essentiel que les locaux ne délaissent pas davantage l’utilisation des transports en commun, peu efficaces et en mauvaise condition, en faveur de la voiture - ce qui ne permettrait pas de réduire la pollution de l’air de la ville.

Au-delà de la lutte contre la pollution en ville liées aux voitures, investir pour un réseau de transports urbains dans la deuxième métropole de France a des conséquences directes sur le désengorgement des routes - car on le rappelle, Marseille est la deuxième ville la plus “bouchonnée” de France.

Bouchons à Marseille (Crédit photo : madeinmarseille.net)

Bouchons à Marseille (Crédit photo : madeinmarseille.net)

Enfin, pour ce projet, Alstom mobilise toute la filière ferroviaire française avec plus de 150 personnes dont 50 dans la Métropole Aix-Marseille-Provence. Il permet donc de créer du travail dans une filière porteur de sens.

Comment avons-nous participé à financer ce projet ?

Ce financement est le cinquième d’une suite de projets financés dans le cadre des 6 premiers millions d’euros investis dans la transition énergétique par Helios. Cet investissement d’envergure est possible grâce aux millions d’euros déposés chez Helios pour lutter contre le changement climatique et la pollution de nos écosystèmes.

Le projet du renouvellement du métro de Marseille fait partie d’une obligation émise par la Banque Européenne d’Investissement. Nous vous donnons bientôt rendez-vous pour découvrir le septième projet financé !

Le billet vert à quoi ça sert ? Nous sommes convaincus qu'il faut changer les règles de la banque pour financer un monde plus durable. C’est ce qu’on travaille à faire chaque jour chez Helios. Mais comment faire pour s'y retrouver dans une industrie aussi opaque ? Nous voulons lever le voile sur le fonctionnement de la banque, pour former une nouvelle génération d'épargnant acteurs. Prêts à changer ensemble, les règles de la banque ?

À découvrir