Nouveau projet financé : le premier constructeur de véhicules 100% hydrogène Français

Helios a soutenu le développement du projet français, Hopium, le premier constructeur de véhicules 100% hydrogène. L’entreprise vient de présenter son prototype au grand public et prévoit de commercialiser son premier modèle en 2026. Son ambition ? Porter l’innovation dans le secteur de la mobilité et “ouvrir la voie vers l’hydrogène” pour participer à décarboner l’industrie des transports

July 09, 2021 · 5 min de lecture

Le projet Hopium est futuriste à beaucoup d’égards. Son fondateur et pionnier de la technologie, Olivier Lombard, partage son ambition: “ouvrir la voie vers l’hydrogène”, dans une industrie qui doit se transformer de toute urgence.  

Ancien pilote de course, vainqueur des 24h de Mans, le porteur de ce projet de pointe s’est rapidement intéressé aux carburants alternatifs, multipliant les essais sur des autos à pile à combustible (carburant à l’hydrogène) capables de performances remarquables.

Il lance Hopium en 2019, conscient que l’avenir sera de moins en moins favorable aux énergies fossiles. Encore au stade de prototype, les études d’implantation de l’usine en France débuteront l’année prochaine, pour un lancement de production prévu en 2025, avec une mise sur le marché en 2026.

Pourquoi avons-nous décidé de participer à financer ce projet ? On vous explique.

Demo prototype du véhicule hydrogène Hopium Machina

1 - Décarboner un des secteurs les plus dépendants des énergies fossiles : le transport

L’industrie des transports est encore aujourd’hui, le premier poste d’émission de gaz à effet de serre (GES) en France - et un des premiers au Monde. En 2019, il représentait près d'un tiers des émissions françaises.

Et la situation empire chaque année : alors que les émissions nationales de GES ont diminué de 20% entre 1990 et 2019, celles des transports ont augmenté de 9% - seul secteur concerné par cette hausse. 

Les voitures particulières (soit près de 40 millions de véhicules) participent à la moitié de ces émissions !  

Pourtant, la voiture reste pour beaucoup de Français, le seul moyen d’aller travailler, de se rendre dans les commerces de proximité ou tout simplement d'aller chez le médecin ! 87% des français utilisent leur voiture au moins une fois par jour

Alors que faire ? La substitution des véhicules essence et diesel par des véhicules à hydrogène vert permettrait de réduire considérablement les émissions de CO2 générées par le transport. Parmi ses nombreux avantages, l'hydrogène vert permet en effet de ne rejeter dans l'air, aucune émission nocive pour le climat, comme le CO2, ou dangereux pour la santé, comme les oxydes de carbone (NOx) ou les particules fines. Seule de l'eau sort des pots d'échappement !

Répartition des émissions de gaz à effet de serre (2017, tonnes de CO2)

Répartition des émissions de gaz à effet de serre (2017, tonnes de CO2)

2 - Répondre aux limites des batteries électriques 

Les technologies électriques et hydrogènes pour la mobilité, loin de s'opposer, sont très complémentaires. 

Tandis que les batteries électriques répondent très bien aux besoins des véhicules légers et pour des distances comprises entre 300 à 400 km, elles sont trop lourdes, trop polluantes à fabriquer, et dotées d’une autonomie trop faible pour des véhicules plus lourds, comme des camions, des trains, des péniches ou des avions. 

La mobilité hydrogène répond à ces limites en offrant une meilleure autonomie (1000 km en 3 min de recharge), avec un poids maîtrisé. Elle permet également de réduire l’utilisation des batteries qui sont gourmandes en matières premières (Nickel, lithium, Cobalt).

Comment fonctionne une voiture hydrogène ? (source : BMW innovation)

Comment fonctionne une voiture hydrogène ? (source : BMW innovation)

3 - Offrir une vitrine technologique pour accélérer le développement de la technologie

Encore aux prémices de son développement, la mission d’Hopium s’inscrit dans le long terme : démontrer qu’il est possible technologiquement et économiquement de produire à grande échelle des véhicules 100% hydrogène. En cela, le projet est autant un défi industriel qu’une vitrine technologique, qui doit permettre d'entraîner le développement de toute la filière hydrogène en France. 

La pile à combustible développée par Hopium

La pile à combustible développée par Hopium

4 - Développer une filière d'avenir dans nos territoires

L’entreprise Hopium a fait le choix d’une production 100% “made in france”, s’appuyant sur un savoir-faire national malmené par la crise sanitaire et les délocalisations. Les bénéfices : créations d'emploi, développement d’un réseau de fournisseurs et partenaires locaux, compétitivité à l’internationale.

Hopium installera son usine en France pour une production 100% "made in France"

Hopium installera son usine en France pour une production 100% "made in France"

Défis et limites : développer la production d’hydrogène vert et un vaste réseau de bornes de rechargement 

Même si on aimerait y croire, la technologie n’offre pas de solution miracle au dérèglement climatique. 

Si le véhicule hydrogène offre des perspectives réjouissantes, il doit impérativement s’accompagner du développement de la production d’hydrogène vert, issu de sources renouvelables - et non pas des énergies fossiles.

Et le défi est de taille : à l'heure actuelle, 90% de l’hydrogène mondial est gris (issu des énergies fossiles), 1% seulement est vert.

Le gouvernement français a annoncé, en septembre 2020, la mise en place d’un plan d’investissement de 7,2 milliards d’euros d’ici à 2030 pour le développement d’hydrogène vert français et la démocratisation de son usage, notamment dans la mobilité lourde. 

Autre pré-requis : la mise en place de bornes de rechargement hydrogène sur le territoire, une difficulté dont l’entreprise est consciente. Il y a aujourd’hui une quarantaine de bornes à hydrogène disponibles en France. Le plan national pour l’hydrogène devrait participer à en créer 1000 de plus à moyen terme.

L’hydrogène est un vecteur de stockage des énergies renouvelables. (source schéma : Engie)

L’hydrogène est un vecteur de stockage des énergies renouvelables. (source schéma : Engie)

Questions / réponses 

1. Comment fonctionne un véhicule à hydrogène ? 

Pour fonctionner, le véhicule hydrogène est actionné par un moteur électrique, qui, contrairement aux véhicules électriques, n'est pas alimenté par une batterie mais par l'électricité produite directement par le véhicule lui-même. La voiture à hydrogène transporte en quelque sorte sa propre centrale de production d’électricité à bord : la pile à combustible !

Pour en savoir plus

2. D'où provient l’hydrogène ? 

L’hydrogène (ou dihydrogène) est un vecteur d’énergie qui n’existe pas à l’état pur, mais qu’il faut extraire de la nature.

Aujourd’hui, il existe 3 types d’hydrogènes différents :

  • L’hydrogène gris, issu des énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz naturel), on l’extrait via une méthode très polluante, émettrice en CO2
  • L’hydrogène bleu, extrait par captation et stockage du CO2
  • L’hydrogène vert, issu des énergies renouvelables, le seul considéré “propre”

C’est donc l’hydrogène vert qui nous intéresse car c’est un vecteur énergétique qui provient d’une source d'électricité 100% verte. 

Comment est-il extrait ?

Pour faire simple, on utilise le surplus d’électricité produite par le renouvelable (éolienne, panneaux solaires) pour réaliser une électrolyse (l’extraction de l’hydrogène via une réaction chimique).

Cet hydrogène vert est ensuite stocké, puis transformé en électricité au moment voulu (par une pile à combustible). L’énergie produite ne rejette donc pas de gaz nuisibles pour l’environnement - comme du CO2 - ou pour la santé - comme les oxydes de carbone -, mais uniquement de la vapeur d’eau.

3. Comment Helios a contribué à financer ce projet ?

C’est grâce à nos 3000 premiers utilisateurs que nous avons pu contribuer à financer le développement d’Hopium.

Adossé à la licence bancaire de son partenaire Solaris, Helios finance des projets de deux manières : d'une part en transformant les dépôts court terme en financements long terme, comme le font les banques classiques et d’autre part, en utilisant ses revenus d'interchange, issus des transactions réalisées par carte bancaire. 

Le projet Hopium a été financé à partir des revenus issus de l'utilisation des cartes bancaires.   

Références :

Nous serons bientôt assez nombreux pour financer un nouveau projet. Prochaine étape : 6000 utilisateurs du compte Helios.

👉 Pour nous rejoindre, téléchargez l'application et ouvrez votre compte Helios en 10 minutes.

Vous recevrez votre carte en bois quelques jours après dans votre boîte aux lettres.

Le billet vert à quoi ça sert ? Nous sommes convaincus qu'il faut changer les règles de la banque pour financer un monde plus durable. C’est ce qu’on travaille à faire chaque jour chez Helios. Mais comment faire pour s'y retrouver dans une industrie aussi opaque ? Nous voulons lever le voile sur le fonctionnement de la banque, pour former une nouvelle génération d'épargnant acteurs. Prêts à changer ensemble, les règles de la banque ?

À découvrir