Livret A, LDDS et livret Helios : quel compte d'épargne est le plus vert ?

74% des français souhaitent que leur épargne finance la transition écologique. Mais comment y voir clair, dans la jungle des comptes d’épargne “verts”, “éthiques” ou encore “solidaires” ? Décryptage de ce qui se cache vraiment derrière deux des livrets les plus appréciés en France : le Livret A et le Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS).

March 03, 2022 · 4 min de lecture

Livret A vs. LDDS vs. Livret Helios : le comparatif

Financer la transition écologique avec son épargne

À l’éternelle question, “où va l’argent que nous déposons à la banque ?”, si Helios y apporte une réponse, force est de constater que la majorité des banques préfère la passer sous silence. Pourtant, parce qu’elle pèse aujourd’hui plus de 5600 milliards € (depuis 2018), l’épargne totale des français pourrait être un levier de changement immense au service de la transition écologique.

Oui, mais voilà. Le secteur bancaire n’est pas réputé pour sa transparence et sa simplicité. Et pourtant, c’est en assumant le rôle qu’il pourrait jouer face au réchauffement climatique, qu’il aurait réellement le pouvoir de changer les choses. Et à l’heure où il manque chaque année entre 10 et 40 milliards € de financement en faveur de la transition énergétique en France, choisir le bon compte épargne est plus que jamais crucial : c’est le petit geste qui a le plus grand impact.

Livret A vs. LDDS : le match des livrets traditionnels

Le Livret A : le plus populaire

Le Livret A est un compte d’épargne garanti sans risque, que tous les établissements bancaires peuvent proposer et dont les fonds sont disponibles à tout moment. Il est de loin le livret préféré des français : plus de 55 millions de français en possèdent un ! Simple, liquide et sécurisé sont 3 mots qui sont régulièrement utilisés pour le décrire.

Produit bancaire typiquement français, il a été créé pour permettre au gouvernement de financer certaines de ses politiques publiques, notamment le logement social. Plus précisément :

  • 60% des dépôts du Livret A sont confiés à la Caisse des Dépôts et Consignations (la CDC, une institution financière qui s’occupe notamment de la gestion d’une partie de l’épargne des français et du financement de projets publics et privés). Dans ces 60%, une partie finance des prêts “d’intérêt général” tels que les logements sociaux et le soutien aux PME, le reste est investi dans le cadre d’actifs financiers.
  • Les 40% restants sont utilisés par les banques pour financer les PME, les travaux d’économie d’énergie ou les organismes de l’économie sociale et solidaire (ESS).

Le LDDS : le plus... solidaire ?

Le Livret de Développement Durable et Solidaire - ou LDDS est, au même titre que le Livret A, un produit d’épargne rémunéré et proposé par tous les établissements bancaires français (et la plupart des banques en lignes).

Également très populaire, le LDDS est à ce jour adopté par plus de 24 millions de français, pour un total de plus de 120 milliards d’euros déposés. La répartition de l’utilisation des fonds est très similaire à celle du Livret A.

La répartition des dépôts du Livret A et du LDDS

La répartition des dépôts du Livret A et du LDDS

Cependant une différence existe entre Livret A et LDDS. Pour ce dernier, 10% de l’épargne est utilisée sous forme de crédits aux particuliers qui souhaitent réaliser des travaux d’économie d’énergie. Le reste est attribué à des PME - sans considération environnementale ou sociale.

Le ministère de l’Économie affirme que “les fonds collectés sur les LDDS financent la transition écologique”. C’est pourtant assez compliqué à vérifier.

Le greenwashing des livrets d'épargne

En septembre 2021, Eva Sadoun (Co-fondatrice de Lita.co, plateforme de financement participatif), lançait une pétition pour dénoncer le LDDS : “un cas d’école de greenwashing qui a trompé au moins 24,2 millions de français.es.”. En effet, sur les 120 milliards d’euros déposés sur ces comptes, seuls… 16 milliards ont été investis effectivement dans la transition écologique. Pour Eva Sadoun, le LDDS pourrait être considéré comme solidaire si 100% des dépôts investis étaient alloués à la transition écologique.

La pétition “Stop au greenwashing de nos livrets d’épargne” par Eva Sadoun sur Change.org

La pétition “Stop au greenwashing de nos livrets d’épargne” par Eva Sadoun sur Change.org

Selon l’organisation indépendante Attac, la CDC (Caisse des Dépôts et Consignations), qui héberge environ 60% des fonds du livret A et du LDDS, “investit massivement dans des multinationales du secteur des combustibles fossiles”. Et c’est bien l’opacité des banques qui favorise cela. En effet, si l’information de la destination des dépôts existe, elle est difficile à retrouver et à comprendre pour les consommateurs et clients, car “cachée” dans les rapports publics des banques sur Internet (Source : Lita.co).

En bref, en ouvrant un Livret A ou un LDDS, rien ne vous garantit que vous participerez à financer des projets durables.

Le Livret Helios

Il ne faut pas baisser les bras pour autant : ouvrir un compte courant et un compte épargne durables, dans la même éco-banque, c’est possible et c’est ce que propose Helios. Le Livret Helios (date de sortie : mars 2022), dirigera 100% de ses financements vers des projets alignés avec la transition écologique. Pour palier le manque de transparence dans le domaine bancaire, ces projets seront rendus publics et accessibles depuis l’application et le site !

Le billet vert à quoi ça sert ? Nous sommes convaincus qu'il faut changer les règles de la banque pour financer un monde plus durable. C’est ce qu’on travaille à faire chaque jour chez Helios. Mais comment faire pour s'y retrouver dans une industrie aussi opaque ? Nous voulons lever le voile sur le fonctionnement de la banque, pour former une nouvelle génération d'épargnant acteurs. Prêts à changer ensemble, les règles de la banque ?

À découvrir