Nouveau financement : Helios soutient l’innovation Carbios !

Ça y est ! Nous avons investi un million d’euros dans des projets en faveur de la transition écologique, grâce à l’ensemble des utilisateurs Helios, toujours plus nombreux à ouvrir un compte durable et à l'utiliser au quotidien. Pour ce nouvel investissement, c’est la problématique du recyclage plastique, que nous avons décidé de traiter en soutenant l’entreprise française Carbios.

July 22, 2022 · 5 min de lecture

Carbios est une entreprise française innovante ayant développé le premier procédé enzymatique permettant de recycler intégralement le PET (principal plastique à usage unique), à l’infini.

Zoom sur ce troisième financement.

Toujours plus de plastique

Source : Damien Glez / La pollution plastique des océans

Source : Damien Glez / La pollution plastique des océans

Carbios s’inscrit dans la lutte pour un meilleur recyclage du plastique à usage unique. Bonne nouvelle : depuis quelques années, la législation sur l’utilisation du plastique évolue dans le bon sens. Interdiction des pailles, couverts jetables et autres objets en plastique oxo-dégradable (plastique fait de polymère à base de pétrole et additifs) en 2021, interdiction des suremballages en plastique pour les fruits et légumes en 2022, interdiction de la vaisselle jetable pour les repas servis sur place dans les fast food dès l’année prochaine...

Malgré ces belles avancées, la production de plastique continue de croître. Multipliée par 20 entre 1964 et 2015, elle pourrait doubler d’ici 2030 et quadrupler d’ici 2050. Si on ne parvient pas à déjouer ces prévisions, il y aura alors plus de plastique que de poissons dans nos océans.

Le PET, c'est quoi exactement ?

Source : eaumineralenaturelle.fr / Le PET, le roi du plastique à usage unique

Le PET, le roi du plastique à usage unique

La solution révolutionnaire de Carbios, nouveau projet soutenu par Helios permet un recyclage total du PET - chose qui est impossible aujourd’hui. On vous explique.

Il existe plusieurs types de plastiques : parmi eux, et sur la deuxième place du podium des plastiques les plus produits dans le monde, on trouve le PET avec un score de 70 millions de tonnes produites annuellement. C’est le poids de plus de 11 millions éléphants d’Afrique. 

Le PET est le nerf de la guerre en matière de plastique à usage unique : il est présent dans les barquettes alimentaires, vêtements en polyester ou autres bouteilles de shampoing. À première vue, l’engouement pour ce matériau peut se comprendre car il a tout pour plaire : léger et facilement modulable, mais tout de même résistant et sans oublier bon marché. Mais ce serait fermer les yeux sur ses défauts.

Le recyclage du PET : un vrai casse-tête

Environ 58 % des bouteilles en PET sont aujourd’hui recyclées en Europe, ce qui en fait le matériau d’emballage plastique le plus recyclé. Cependant, le diable est dans les détails.

Source : geo.fr / Tous les plastiques ne peuvent pas être recyclés

Tous les plastiques ne peuvent pas être recyclés

D’abord, il n’est pas possible de recycler tous les PET. Dès qu’un PET est coloré, opaque ou souillé par la nourriture, le procédé de recyclage habituel n’est que très difficilement voire pas du tout applicable. De plus, quand le PET peut être recyclé, non seulement il ne l’est pas intégralement (pas plus de 70% ne peut être recyclé), mais la qualité de la matière obtenue à la fin du procédé est dégradée. Et comme la fibre a perdu de sa résistance, il est impératif de la mélanger à de la fibre vierge, dont la production nécessite l’utilisation de pétrole.

L’impact de la technologie développée par Carbios est d’autant plus importante que l’offre de PET continue d’augmenter à une vitesse phénoménale : +4% par an dans le monde (+6% de demande pour les fibres polyester utilisées par le secteur du textile). Quant à la demande, nul besoin de chiffre pour l’exprimer, un seul constat suffit : toutes les grandes marques demandent de la matière recyclée. Dans ce contexte, les entreprises comme les Etats ont besoin d’une solution comme celle proposée par Carbios pour atteindre les objectifs de réduction de déchets plastiques qu’ils se sont fixés.

La solution : Carbios

Carbios est une entreprise française basée en Auvergne, créée en 2011 et pionnière dans son activité. La spécialité de Carbios est de concevoir et développer des procédés enzymatiques (séparation des souillures du PET) en vue d’une biodégradation et un bio recyclage des matières plastiques.

Concrètement, cette solution change tout. 

Désormais, il sera possible de :

  • Recycler tous les PET, qu’ils soient clairs, foncés, dorés ou souillés
  • Ré-utiliser du PET à l’infini, sans perdre en qualité et sans utiliser de pétrole 
  • Recycler plus de 90% des déchets PET au total

Découvrez Carbios !

Comment ça marche exactement ?

Après dix années de recherche et développement, Carbios a mis au point une enzyme révolutionnaire. Elle est le fruit de l’optimisation et du renforcement de la leaf-branch compost cutinase, une première enzyme découverte en 2012 par des Japonais.

Dans une cuve, les déchets faits à base de PET sont broyés avec de l’eau et les enzymes en question. Ces derniers entrent ensuite en action : tels des ciseaux moléculaires, ils découpent la résine qui constitue le polymère du PET. On obtient alors les deux monomères de base du PET : l’acide téréphtalique et le monoéthylène glycol. Purifiés, et sous forme de poudre et de liquide, il est alors possible de les mélanger à nouveau pour reformer du PET de bonne qualité, et ce à l’infini.

Le processus de recyclage par Carbios, en un coup d'oeil

Le processus de recyclage par Carbios, en un coup d'oeil

Une solution déjà reconnue

Le procédé de recyclage mis au point par Carbios a déjà été reconnu à l’échelle internationale. Après 9 mois d’examen par le Comité scientifique de Nature, il a fait la Une de la prestigieuse revue scientifique au mois d’avril 2020.

La future usine de Carbios

La future usine de Carbios

Leur site est situé à Longlaville, en Meurthe-et-Moselle, à quelques kilomètres seulement des frontières belge et luxembourgeoise, et près de l’Allemagne, à proximité des grands bassins de consommation européens. Il permet ainsi un approvisionnement en matière première local, peu coûteux en transports, et donc en émissions de CO2. 150 emplois y seront créés dans les prochaines années.

Comment Helios a-t-il participé à financer ce projet ?

Ce financement est le premier d’une suite de projets financés dans le cadre du premier million d’euros investis dans la transition énergétique par Helios. Ce premier investissement d’envergure est possible grâce aux millions d’euros déposés chez Helios pour lutter contre le changement climatique et la pollution de nos écosystèmes.

Il nous fallait atteindre 4 millions € de dépôts stables (c’est-à-dire une somme totale de dépôts sur l’ensemble des comptes Helios) pour pouvoir faire un premier investissement de cette envergure. Ce palier de dépôts stables témoigne de la santé financière d’Helios. 

Ce million a été investi dans une obligation émise par la Banque européenne d’investissement (BEI). On la surnomme désormais la “banque européenne du climat” puisqu’elle s’est engagée à aider l’Europe à devenir le premier continent neutre en carbone d’ici à 2050.

Nous avons choisi cette obligation en particulier car les projets qu’elle porte correspondent en tout point aux secteurs que nous soutenons. Nous vous expliquerons en détail sur notre méthodologie d’investissement et comment nous avons choisi d’investir ce million d'euros dans les prochaines semaines.

Nous vous donnons donc bientôt rendez-vous pour découvrir les prochains projets financés !

Le billet vert à quoi ça sert ? Nous sommes convaincus qu'il faut changer les règles de la banque pour financer un monde plus durable. C’est ce qu’on travaille à faire chaque jour chez Helios. Mais comment faire pour s'y retrouver dans une industrie aussi opaque ? Nous voulons lever le voile sur le fonctionnement de la banque, pour former une nouvelle génération d'épargnant acteurs. Prêts à changer ensemble, les règles de la banque ?

À découvrir