Opération “Black Friday” : origines et alternatives

Qui dit mois de novembre dit Black Friday. Ce fameux vendredi noir où les promotions se multiplient en magasins et en ligne. Très à la mode depuis une dizaine d’années en France, cette opération est pourtant décriée et pour cause, la surconsommation qu’elle engendre a un impact sur l’environnement. Zoom sur ce phénomène qui nous vient tout droit des USA.

November 23, 2022 · 4 min de lecture

Les origines du Black Friday 

Originaire des Etats-Unis et né dans les années 30, le “vendredi noir” a traditionnellement lieu le lendemain du repas de Thanksgiving qui est toujours le jeudi. Ce vendredi particulier marque le début des achats de fin d’année, c’est donc souvent une journée pendant laquelle les commerçants proposent des soldes.

La tradition du Black Friday est arrivée plus tard en France, il y a une dizaine d’années, mais s’est particulièrement développée et est particulièrement promue depuis 2017. En France, les réductions peuvent être proposées en magasin mais l’essentiel des promotions sont proposées sur les commerces en ligne. 

L’opération Black Friday a bien évolué et ne se contente plus d’une seule journée puisqu'elle dure souvent le weekend et même le lundi suivant (avec la journée du Cyber Monday). Parfois même, certains magasins proposent des prix réduits sur une semaine ou sur une quinzaine de jours : une opportunité commerciale supplémentaire pour augmenter leur nombre de ventes.

Un évènement qui divise 

Le “vendredi noir” est un évènement bien ancré dans l’esprit des consommateurs et est même très attendu par certains d’entre eux. Le Black Friday est devenu une vraie tradition et d’après une étude de BVA-Orange menée en 2019, 62% des français ont réalisé des achats pendant l’évènement. Mais d’autres sont plus sceptiques et annoncent même boycotter le concept. 

D’après l’étude Lobsoco menée en novembre 2021 sur “Les français et le Black Friday”, 13% des français se déclarent opposés au Black Friday. Il y a plusieurs raisons à cela mais la plus grande : la surconsommation. Tous les ans, ce sont des images de foule et de queues devant les grilles encore fermées qui annoncent la couleur. Les consommateurs, attirés par les prix réduits, se ruent dans les commerces ou sur internet pour acheter en masse, des produits dont ils n’ont parfois, même pas besoin. 

Au-delà de la consommation superflue que cet événement engendre, il a aussi un véritable impact écologique. Déjà, les secteurs situés en top ventes pendant cette journée sont la mode et les produits high-tech (d’après une étude de l’Insee menée en 2019). Des secteurs très polluants : chaque année, 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre sont émises par le secteur de la mode (selon l’ADEME).

A l'échelle des clients Helios, 70% d'entre eux ont déclaré boycotter le Black Friday 2022 pour ces raisons.

Black Friday

Black Friday - Période de réductions sur les magasins en ligne

Les promotions proposées pendant le Black Friday boostent les ventes : en 2018, ce sont 50 millions de transactions par carte bancaire qui ont été réalisées. Ces achats sollicitent les serveurs des sites et ceux des banques, une consommation plus élevée que d’habitude et qui est non négligeable. Autre facteur : la livraison de ces achats. En 2017, ce sont 76% des français qui ont choisi l’option livraison pour leurs achats. Plus de livraisons veut dire plus de camions de transport mais aussi plus de retours potentiels. Là encore, la consommation que cela représente n’est pas négligeable. 

Le consumérisme au global a bien un impact sur l’environnement, qui se voit accentué lors de ces périodes de soldes. 

Comme alternatives, des mouvement plus éthiques 

Critiqué par de nombreuses enseignes, le Black Friday a fait naître d’autres mouvements plus éthiques et responsables pour aller à contre-courant de cette surconsommation. Certains acteurs décident alors de bloquer les ventes pendant tout ce vendredi, d’autres sensibilisent à leur manière, à une consommation plus responsable. 

Parmi les mouvements anti-Black Friday, on souligne : 

  • Le Green Friday : une association créée par un collectif d’associations et d’entreprises engagées comme DreamAct, Ethiquable ou encore Emmaüs. Le message est clair, il faut : “limiter le gaspillage, encourager la rénovation, la réparation et le recyclage”. Le mouvement composé aujourd’hui d’environ 500 structures encourage à une consommation plus locale et plus durable. Par ailleurs, la cofondatrice du Green Friday Diane Scemama (co-fondatrice de Dream Act), précise que “chez les adhérents au Green Firday, les prix sont justes toute l’année, donc impossible de pratiquer des prix à -70%”. Une notion qui remet aussi en doute le réel bénéfice des promotions proposées lors de l’évènement. 
  • Make friday Green Again : initié par la marque de vêtements FAGUO, le collectif compte plus de 1200 marques engagées. Leur alternative incite les français à “mieux consommer” avec quelques basiques : faire le tri, réparer plutôt que racheter, revendre les objets superflus. L’idée est de prendre conscience de ce dont on a vraiment besoin, sans “acheter pour acheter”.

Logo "Make Friday Green Again"

  • Le Bleu Blanc Rouge Friday  : cette alternative conserve l’idée des promotions mais en les proposant uniquement sur des produits fabriqués en France. Un moyen simple d’inciter à mieux consommer avec des produits souvent produits de manière plus responsable.
  • Le Circular Monday : un mouvement qui vient de Suède et qui encourage à l’économie circulaire. Les organisateurs promeuvent les produits d’occasion, les matériaux recyclés, la location plutôt que l’achat : bref, cette alternative vise à rassembler les acteurs plutôt qu’à les mettre en concurrence.  
  • Le Giving Tuesday : le “mardi du don” ou encore la “journée mondiale de la générosité et de la solidarité”. Créée en 2012 aux Etats-Unis, cette journée est désormais présente dans plus de 100 pays, dont la France. Ce mardi suit les événements commerciaux du Black Friday et du cyber monday et incite cette fois à se tourner vers les plus démunis : le mouvement incite à offrir : du matériel, de l’alimentaire, du temps ou même son sang.

A quelques jours de l’évènement, nous avons eu envie d’interroger nos clients engagés pour en savoir plus sur leurs attentes et leurs comportements d’achat pendant cette période de Black Friday. Vous pouvez retrouver les résultats de ce questionnaire sur notre blog, dans un article dédié au baromètre des clients Helios (avec un échantillon de 1132 clients répondants).

Le billet vert à quoi ça sert ? Nous sommes convaincus qu'il faut changer les règles de la banque pour financer un monde plus durable. C’est ce qu’on travaille à faire chaque jour chez Helios. Mais comment faire pour s'y retrouver dans une industrie aussi opaque ? Nous voulons lever le voile sur le fonctionnement de la banque, pour former une nouvelle génération d'épargnant acteurs. Prêts à changer ensemble, les règles de la banque ?

À découvrir