Pourquoi nous avons mis du temps à sortir le compte courant durable

Ces dernières semaines nous avons senti l’impatience de la communauté. En commentaires sur nos publications, par email ou par téléphone, vous n’aviez qu’une interrogation : ​le compte, c’est pour quand ? On vous explique tout.

March 12, 2021 · 3 min de lecture

Les premiers obstacles

Il y a maintenant près d’un an, nous avons décidé de ​nous lancer dans la construction d’Helios.​ Nous avons très vite pris conscience des obstacles à la construction d’un modèle sans compromis qui garantisse :

  • La traçabilité des dépôts (comprendre où va l’argent)
  • La séparation des dépôts (faire en sorte que l’argent des clients ne puisse pas être utilisé, même indirectement, par une banque partenaire pour financer tout et n’importe quoi, comme du charbon ou encore du pétrole ...)
  • Et nous permette de créer des financements (en faire quelque chose d’utile)

Et tout ça, sans être une banque “de pleine exercice” (un “établissement de crédit” pour les puristes) nous-mêmes, dès le jour 1. Parce que pour ça, il nous aurait fallu plusieurs millions d’euros de​ ​fonds propres​, et des coûts de structure trop élevés. En gros, en plus de beaucoup BEAUCOUP d’argent, il nous aurait fallu une batterie d’avocats, de “compliance officers”, de “risk managers”, de “fraud analysts” etc. ​Mais nous étions 3.

3 mousquetaires à l'assaut de la banque

Mission impossible

Pour lancer le compte, nous avions identifié une première voie, assez “tracée”. Comme la plupart des banques en ligne ou néobanques qui se lancent, nous sommes partis à la recherche d’un partenaire : une entreprise offrant sa technologie de paiement, contre rémunération.

Et c’est là que ça se complique. Nous avons été à la rencontre de ces potentiels partenaires, qu’on appelle “Banking as a service Partners” (ou “banque en kit”) en France, puis en Europe. Et chaque fois, la même question qui pose problème.

“Mais où va l’argent des clients ?”

Et on nous répondait...

  • Hum, on ne m’a jamais posé la question, je vais me renseigner”,
  • Ou encore “L’argent est cantonné (comprendre “garé”) à la BNP, mais ce n’est pas un problème, ne vous inquiétez pas”,
  • Ou bien : “Pour être honnête, je ne sais pas ce qu’ils font de l’argent que nous déposons sur le compte de cantonnement. Je pense qu’il s’agit d’un compte normal pour eux.”
Message reçu du CEO d'un des partenaires technologiques du marché

Message reçu du CEO d'un des partenaires technologiques du marché

Une néobanque de plus ?

Vous l’aurez compris, les néobanques / banques en ligne travaillent avec des partenaires technologiques, qui eux mêmes travaillent avec une banque. Et c’est dans cette banque que va l’argent des clients.

Et à partir de là, impossible de suivre le chemin de l’argent, où il va et ce qu’il finance.

On ne peut pas savoir où va l'argent des clients dans les banques traditionnelles...

On ne peut pas savoir où va l'argent des clients dans les banques traditionnelles...

...comme dans les néobanques

...comme dans les néobanques

Créer un nouveau modèle bancaire transparent et durable, tout en fléchant l’argent des clients vers une bonne vieille banque conventionnelle qui finance les énergies fossiles, et des industries qui menacent la biodiversité et les Hommes (et c’est​ ​pas nous qui le disons​) ... ce n’était juste pas possible.

On n’avait pas quitté nos emplois, en pleine crise sanitaire, pour créer une néobanque avec une vitrine verte.

Et c’est à ce moment, qu’on a bien failli baisser les bras...

...

Mais non, c’est mal nous connaître !

Notre rêve restait le même : inventer un nouveau modèle bancaire,

  • qui redonne le pouvoir aux épargnants sur leur argent,
  • qui permettre d’accélérer le financement d’une économie plus respectueuse de l’environnement et des Hommes

Car oui la finance est un levier de transformation sans précédent de nos industries et de nos modes de consommation.

Jusqu’aubouttistes

Alors on a rien lâché, on a continué de creuser, de décomposer les modèles, on s’est entourés d’experts, on a posé beaucoup de questions qui fâchent ...

Et on a fini par trouver une solution en Allemagne, une solution qui s’appelle Solarisbank.

Solarisbank est un acteur particulier qui développe une technologie de paiement ET c’est une banque, une vraie, au sens règlementaire.

Solarisbank est une entreprise créée en 2016 à Berlin, qui compte à peu près 400 salariés et dont l’activité est d’offrir l’accès à sa technologie de paiement à d’autres organisations, comme Helios.

En route vers l’éco-banque

Grâce à ce partenariat inédit, on peut donc :

  • Séparer les dépôts de nos clients du reste des activités de SolarisBank (et non seulement de les “garer” / cantonner dans une banque conventionnelle)
  • Et créer des financements qui ont du sens, mettre l’argent au service des secteurs moteurs de la transition écologique
Fonctionnement d'Helios

Fonctionnement d'Helios

Et ce partenariat est une première étape vers la création d’une alternative bancaire globale 100% dédiée au développement d’une économie plus durable.

Vous l’aurez compris, si on a pris du temps à sortir le compte bancaire durable, c’est parce qu’on a voulu aller au bout des choses. On n’a pas voulu céder aux raccourcis ni à la facilité.

Et on continuera à faire pareil pour tous les prochains développements d’Helios. Et puis admettons-le on a aussi pris notre temps

  • Pour choisir une usine française, labellisée Imprim'vert qui n’utilise que du papier recyclé pour nos emballages de cartes bancaires
  • Pour vous donner la parole, dans une grande enquête et co-construire Helios avec vous — et vous avez été plus de 1500 à y contribuer !
  • Pour obtenir une autorisation de mise sur le marché pour une toute nouvelle carte bancaire, une première en France, avec 80% de plastique en moins qu’une carte classique

La dernière longue droite est toujours la plus longue. On vous remercie de tout cœur pour votre patience. Et on espère que le jusqu'au boutisme paiera !

Le billet vert à quoi ça sert ? Nous sommes convaincus qu'il faut changer les règles de la banque pour financer un monde plus durable. C’est ce qu’on travaille à faire chaque jour chez Helios. Mais comment faire pour s'y retrouver dans une industrie aussi opaque ? Nous voulons lever le voile sur le fonctionnement de la banque, pour former une nouvelle génération d'épargnant acteurs. Prêts à changer ensemble, les règles de la banque ?

À découvrir