Comment calculer son empreinte carbone en train ?

Comment calculer son empreinte carbone en train ?

Émettant 31% de GES, le secteur des transports est celui qui contribue le plus aux émissions de gaz à effet de serre en France. 94% des émissions proviennent des transports routiers (circulation routière, véhicules particuliers, poids lourds) et le reste du transport ferroviaire et du transport aérien.

avril 2023

5 min

À titre de comparaison, l’empreinte carbone du train semble moindre par rapport à celle de la voiture, mais encore faut-il prendre en compte le nombre de passagers. Est-ce qu’un trajet dans un train presque vide n’émet pas plus de Co2 par personne qu’une voiture ayant 5 passagers ? Pour mieux comprendre l’empreinte carbone du train, on a donc comparé !

Comment calculer son empreinte carbone en train ?

Une empreinte qui varie selon les trains

Pour calculer les émissions de Co2 générées lors d’un voyage en train, il faut multiplier la distance parcourue en train par la quantité moyenne de Co2 émise par un voyageur parcourant 1 kilomètre.

D’accord, mais comment connaître la quantité moyenne émise par voyageur ?

Selon les chiffres du RTE (Réseau de transport d’électricités) de 2019, l’empreinte carbone pour un passager, varie en fonction du train :

  • 1,7 g de CO2 par kilomètre pour le TGV
  • 4,75 g de CO2 par kilomètre pour les RER
  • 5,3 g de CO2 par kilomètre pour l'Intercité
  • 24,8 g de CO2 par kilomètre pour les TER

Ces chiffres ont d’ailleurs été repris par la SNCF (La Société Nationale des Chemins de Fer) sur son site, pour indiquer les émissions à ses voyageurs.

Ouvrez votre compte écologique
Vous privilégiez le train pour des raisons écologiques ? Allez plus loin !

Chez helios, contrairement aux banques traditionnelles, l'argent de votre compte courant sert à financer uniquement des projets liés à la transition écologique, dont la mobilité durable.

En savoir plus

Comparaison des émissions de Co2 avec d’autres mode de transport

Pour calculer la quantité de CO2e économisée sur un trajet en train, il faut comparer les émissions de CO2, pour un même trajet, réalisé en voiture ou en avion. L’Ademe à d’ailleurs mis en place un comparateur très bien fait pour connaître les émissions de gaz à effet de serre émises par personne, pour des trajets avec différents modes de transports.

Voici un exemple pour un trajet Brest-Paris :

🚉 En train

  • 1,5kg de Co2 en TGV
  • 3,7kg en Intercité

🚗 En voiture

  • 61kg de Co2 pour une voiture électrique
  • 128kg de Co2 pour une voiture thermique

✈️ En avion

  • 116kg de Co2, soit 77 fois plus qu'en TGV !

La question du nombre de passagers

En reprenant les chiffres du comparateur de l’Ademe, comparons les émissions sur un trajet Brest-Paris en train et en avion :

Chaque passager émet 116kg de CO2 s’il prend l’avion contre 1,5 s’il prend un TGV, soit 77 fois moins qu'en train. Pour que les émissions de GES du TGV soient équivalentes au niveau des émissions de l’avion il faudrait donc que le TGV soit 77 fois moins rempli que l’avion.

Selon l'Autorité de régulation des transports en France, la capacité moyenne de transport de personnes dans un TGV est d'environ 509 passagers par train, quand un avion en contient entre 200 et 300 au maximum...

Comparons maintenant un trajet Brest-Paris en voiture et en train.

Chaque passager émet 128kg de Co2 dans une voiture thermique contre 1,5 en TGV, soit 85 fois moins qu'en train. Pour que les émissions de GES du TGV soient équivalentes au niveau des émissions de la voiture il faudrait donc que le TGV soit 85 fois moins rempli que la voiture. Si une voiture comporte 5 personnes, notre train est donc vide.

En comparant l’avion et la voiture avec le train, c’est donc le train qui reste imbattable en termes d’émissions de Co2 même avec une vingtaine de passagers !

Pour en profiter, n'hésitez pas à consulter notre guide des plus belles destinations accessibles en train en France et en Europe, et même notre top 5 des destinations insolites à visiter par la voie ferrée

Le bilan carbone liés à la construction d’une ligne

Si on veut calculer les émissions de carbone dans leur ensemble, il faudra aussi prendre en compte le cycle de vie du service “train”, en comptant notamment les émissions de Co2 liées à sa construction. C’est ce que présente Thomas Wagner dans son article Train VS avion, en prenant l’exemple de la ligne à grande vitesse LGV, qui relie Dijon à Belfort.

En termes d’émissions, il prend en compte celles produites pendant la construction de la ligne. Entre les viaducs, les tunnels, les déblais, les rails, les gares, les rames, le déboisement, les matériaux, le terrassement… le chantier a au total produit plus d’1,2 millions de tonnes de Co2. À cela s’ajoute le Co2 lié à la maintenance et à l’électricité nécessaire pour son fonctionnement.

Il faudra seulement 12 ans pour que les émissions évitées (par le report sur le train plutôt que la voiture) deviennent supérieures aux émissions générées par la conception, la construction, l’exploitation et la maintenance de la ligne, d’après le bilan carbone de la LGV Rhin-Rhône.

Un réseau performant en France

Autre chose à prendre en compte : la provenance de l’électricité ! Le rail français est particulièrement performant car il s’appuie sur l’un des mix électrique les plus bas carbone du monde, comme en Suède, en Suisse et en Norvège.

Les deux étages d’une voiture de TGV peuvent embarquer jusqu’à 1000 personnes contre un maximum de 540 pour les les plus gros avions, comme l’Airbus A380. L’importante capacité de transport de passagers des différents trains français, permet donc largement de devancer les plus gros porteurs aériens du monde !

Le train numéro 1 en termes d’émissions

En termes d’empreinte carbone, le train reste donc le moyen de transport le moins émetteur en comparaison avec les autres modes de transport,même avec des trains peu remplis. Les émissions liées à sa construction et à sa maintenance sont certes élevées mais compensées par le nombre de personnes prenant le train plutôt qu’un autre mode de transport.

Simulez l'empreinte carbone de votre compte bancaire
Agissez aujourd'hui en réduisant votre empreinte carbone bancaire

En simulant l'impact CO2 de votre argent, vous faites une première étape pour réduire votre empreinte carbone.

Lancer la simulation

helios et les mobilités bas carbone

Quand vous placez votre argent sur un compte bancaire chez helios, vos fonds sont réinvestis dans des projets à impact environnemental positif. Parmi les 6 projets dans lesquels helios a investi, il y en a d’ailleurs un dans le domaine des mobilités bas carbone :

La rénovation du métro de Marseille : afin d'être capable de transporter 320 000 voyageurs quotidiennement !

Sources :
ADEME: "Calculer les émissions de carbone de vos trajets"
Bon Pote: "Train vs Avion : Match retour !"
Banque des territoires: "Le bilan carbone de la LGV Rhin-Rhône"

Convaincu ? Rejoignez-nous en 8 minutes

  • Inscription en 8 minutes

    Ouvrez votre compte directement dans notre app mobile

  • Confirmez votre identité

    Photographiez votre passeport ou carte d'identité européens en cours de validité

  • Votre compte est validé

    Votre pouvez utiliser votre RIB et votre carte virtuelle immédiatement

  • Vous recevez votre carte gratuitement

    Chez vous en 5 jours ouvrés