Blandine Barré

Blandine Barré

Pouvez-vous vous présenter et que faites-vous dans la vie ?

Je suis Blandine Barré, j’ai 36 ans et je suis fondatrice des Réparables, un atelier de couture basé en France pour la réparation de vêtements.

Depuis quand date votre engagement pour l’environnement ? Qu’est-ce qui vous a motivé à vous engager ?

Depuis longtemps je suis attachée à essayer de repenser une consommation plus “raisonnée”, et en 2016, j’ai eu la chance de participer aux tournées Worn Wear de Patagonia comme couturière. En parallèle, des conférences et des films sur le sujet m’ont amenée à créer Les Réparables.

Quelles sont les actions concrètes que vous mettez en place au quotidien pour réduire votre empreinte écologique?

Notre métier tout simplement ! Nous faisons de la réparation, pas de fabrication, ce qui fait que nous intervenons sur un produit déjà existant.

Quels sont les changements que vous aimeriez voir à long terme pour protéger l'environnement ?

Sur le long terme, c’est surtout les grandes entreprises que l’on souhaite voir bouger, celles qui impactent et qui influencent.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu'un qui souhaite s'engager davantage pour l'environnement ?

De penser le projet dans sa globalité, en tenant compte de l'ensemble des parties prenantes.

Que pensez-vous d’helios et de sa mission ?

L’argent est bien sûr central. Repenser l’épargne et nos dépenses est un sujet majeur pour faire bouger le monde économique actuel.

Qu'est-ce qui vous a motivé à créer votre entreprise ?

L’envie d’allier l’entreprenariat à l’action pour l’environnement. L’objectif était de créer de la valeur extra-financière, faire une entreprise qui ait du sens pour nous, l’équipe et l’environnement qui nous entoure. A ce titre, nous avons expérimenté la comptabilité en triple capital afin de valoriser les autres segments.

Comment votre entreprise contribue-t-elle à la protection de l'environnement et à la durabilité à long terme?

A travers la réparation, nous invitons les gens à faire réparer plutôt que jeter. Ainsi, ils évitent une surconsommation, la génération de nouveaux produits qui auront nécessité l'extraction de ressources, de l’énergie... De surcroît, la réparation génère moins de déchets qu'un achat neuf. En prenant en compte la réparation dès l’acte d’achat, nous repensons également en amont le produit et son économie d’usage plutôt que son coût.

Comment travaillez-vous avec vos partenaires pour minimiser votre empreinte écologique ?

Nous choisissons nos fournisseurs au plus local quand on le peut ou issus du démantèlement, nous faisons le choix d'impliquer l’équipe dans les réductions de déchets au quotidien, nous utilisons des sacs de transports réutilisables pour les vêtements professionnels, nous leur proposons de chiffrer les économies environnementales liées à la réparation vs achats neufs...

Quels sont les projets que vous souhaitez mettre en place pour améliorer encore votre bilan environnemental ?

Continuer de sourcer des fournitures recyclées et de réemploi.